Glaucome : un nouveau traitement à l’étude


, par  Delphine Delarue

Des chercheurs de l’Institut de technologie de Géorgie aux États-Unis travaillent sur un traitement qui permettrait de faire baisser la pression intraoculaire des personnes atteintes de glaucome. Administré par injection sous la surface de l’œil, il pourrait remplacer les gouttes quotidiennes et la chirurgie.

Un traitement à action prolongée contre le glaucome. Dans une étude publiée par la revue Advanced Science le 7 décembre, des chercheurs de l’Institut de technologie de Géorgie basé à Atlanta, aux États-Unis, expliquent comment une simple injection d’hydrogel d’acide hyaluronique sous la surface de l’œil pourrait remplacer les traitements actuels (gouttes quotidiennes) et la chirurgie. Le glaucome est une maladie oculaire fréquente qui touche une personne sur dix après 70 ans. C’est la deuxième cause de cécité en France après la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA).

Insidieuse, cette pathologie commence à se manifester alors qu’elle évolue déjà depuis une dizaine, voire une vingtaine d’années. Elle est causée par l’obstruction progressive de l’angle irido-cornéen (espace séparant l’iris de la cornée), dont le rôle est d’évacuer l’humeur aqueuse, le liquide biologique contenu dans le globe oculaire, de l’intérieur vers l’extérieur de l’œil.
Conséquence : la pression intraoculaire augmente et le nerf optique se détruit à peu. Au fil du temps, le champ périphérique s’altère et une vision dite « tubulaire » s’installe : le patient ne voit plus que le centre de l’image. Si les lésions du nerf optique s’aggravent, la vision centrale disparaît à son tour (voir aussi la vidéo ci-dessous).

Un traitement beaucoup moins contraignant
Actuellement, le glaucome ne se guérit pas. Les traitements (collyre ou laser) consistent à préserver le nerf optique en réduisant la pression oculaire. Lorsque la pathologie évolue trop vite, le médecin peut envisager une chirurgie. Le traitement développé par les chercheurs d’Atlanta est beaucoup moins contraignant pour le patient : il consiste à injecter un hydrogel d’acide hyaluronique, sous la surface de l’œil, dans ce qu’on appelle l’espace suprachoroïdien. Le produit permet de faire baisser la pression intraoculaire pendant quatre mois en ouvrant une voie alternative pour faciliter l’évacuation de l’humeur aqueuse.

Une telle méthode « pourrait changer la donne dans le traitement du glaucome », explique Ross Ethier, professeur en bio-ingénierie à l’université d’Emory, à Atlanta, et coauteur de l’étude. Très « enthousiasmé » par cette technique, qu’il compare au « Saint Graal », le professeur a affirmé que le nouveau traitement avait « des effets secondaires minimes » et « un bon profil de sécurité ».

À présent, les scientifiques espèrent améliorer les résultats pour une efficacité de 6 mois. Ainsi, seules deux injections seraient nécessaires par an et pourraient se faire dans le cadre du suivi régulier du glaucome chez l’ophtalmologiste. Mais, pour le moment, les essais n’ont été réalisés que sur des animaux. Il faudra attendre encore un peu avant de pouvoir tester des humains, ont précisé les chercheurs.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)